Nouvelle arnaque sur Internet par des plateformes de mise en relation avec un serrurier !

A l’heure où les arnaques au dépannage ne cessent de se multiplier, les consommateurs ont de grandes chances de tomber sur le numéro de téléphone d’un escroc lorsqu’ils recherchent par Internet les coordonnées d’un serrurier d’urgence.
Ce contexte a permis l’émergence de nombreuses plateformes de type « Uber ». Ces plateformes prétendent mettre en relation les internautes avec des dépanneurs connus ou pas, selon une grille tarifaire prédéfinie, et facturent à ces derniers un pourcentage du montant de leur intervention.

De nombreux consommateurs se tournent vers ce nouveau service, pensant que la plateforme défend leurs intérêts et offre un service transparent … Or sur Internet, c’est la guerre de la visibilité ! Quelle que soit la requête effectuée par l’Internaute sur Google, l’objectif est d’apparaître en première page pour capter le client. Et pour certains, tous les moyens, même (surtout) malhonnêtes, sont bons !

Délits caractérisés de parasitisme

Des plateformes listent sans vergogne, et sans aucune autorisation, tous les serruriers réputés d’un secteur dont les internautes sont susceptibles rechercher les coordonnées. Les sites internet de ces plateformes contiennent donc des milliers de pages avec l’adresse de leurs concurrents ! Compte tenu de ce nombre d’URL, la plateforme est encore mieux référencée par Google.

Ainsi, lorsqu’un internaute tape dans un moteur de recherche le nom d’un artisan, ou son adresse, il arrivera non pas sur le site du professionnel recherché, mais sur la page d’une plateforme concurrente à ce professionnel, comme l’illustre cette capture d’écran d’une recherche Google : 



C’est de « l’hameçonnage », une technique utilisée par les fraudeurs pour capter un client !

En effet, cette page reprend le nom de l’artisan, son adresse et ses horaires … mais évidement pas son numéro de téléphone. Il est mentionné que l’artisan concerné n’est pas encore membre du réseau de serruriers partenaires de la plateforme, mais l’on propose en revanche à l’internaute le numéro du standard téléphonique qui le mettra en relation avec un autre professionnel !

Encore plus évolué dans la tromperie, une de ces plateformes parvient à intégrer des avis clients sur les profils Google MyBusiness de serruriers réputés. Or ces avis n’ont pourtant pas été postés depuis la plateforme. Tout semble donc fait pour laisser entendre qu’il existe un lien entre le professionnel visé et la plateforme de mise en relation : 


En conséquence, lorsqu’un internaute lit le profil MyBusiness de ce serrurier et veut parcourir les avis, il risque de cliquer sur les « faux avis » de la plateforme (ci-dessous en rouge). Il se retrouvera alors sur une page extérieure à MyBusiness, qui lui proposera quelques avis … mais surtout le numéro de téléphone de la plateforme à la place de celui du serrurier !

Ces pratiques constituent un délit caractérisé de parasitisme ! En effet, en Droit de la concurrence, « Parasitisme » ou « agissements parasitaires » sont des expressions désignant l’attitude d’une entreprise qui usurpe notamment la notoriété d’une autre entreprise de renom. Le parasitisme est ainsi le fait de tirer indûment profit des efforts humains et financiers consentis par une entreprise, la quelle est victime de ces agissements. Et c’est précisément le cas ici, puisque l’artisan concerné voit ainsi une partie de ses clients potentiels lui échapper au profit de la plateforme !

Délit de contrefaçon

Ces mêmes plateformes utilisent le nom de marques de serrures et de fabricant renommés. On peut donc retrouver sur leurs sites des centaines de pages portant la mention « serrurier » associée à « Fichet », « Vachette » ou encore « Bricard ».
Les sites de ces plateformes regorgent de pages « Serrurier Fichet Paris 1 », « Serrurier Vachette Paris 2 », etc…

Même s’il y est précisé que la plateforme n’entretient pas de lien commercial avec les fabricants, ces pages sont volontairement conçues pour être référencées de manière optimale par les moteurs de recherche. Elles apparaissent dès lors qu’un internaute rechercher un serrurier représentant l’une de ces marques !

Il s’agit là de contrefaçon, puisque toutes ces marques ont évidemment leur propre réseau d’installateurs ! A nouveau, l’objectif ici est d’induire en faux le consommateur à des fins commerciales, en captant volontairement une clientèle à la recherche d’un serrurier affilié à une marque au profit de ses concurrents, et en entretenant sciemment une confusion entre la plateforme et les fabricants de serrurerie réputés.

Attention à cette concurrence déloyale !

Toutes ces pratiques sont clairement constitutives du délit de concurrence déloyale. Par conséquent, la Guilde des Serruriers de France alerte :

  • Tous les serruriers indépendants, afin qu’ils prennent conscience de ces pratiques et ne laissent pas ces plateformes utiliser leur nom (donc leur notoriété) au profit de leurs concurrents ;
  • Les fabricants de serrurerie afin qu’ils interdisent l’utilisation de leur marque sur ces sites, qui se fait au détriment de leur propre réseau de serruriers partenaires ;
  • Les consommateurs, afin qu’ils se méfient de ces plateformes aux pratiques douteuses, qui se targuent par ailleurs de « moraliser » le dépannage d’urgence !