Une porte simplement « claquée » peut être ouverte par un serrurier sans aucune dégradation, à l’aide d’une simple radiographie, ou d’un outil de déblocage prévu à cet effet. Seul un arnaqueur prétendra qu’il lui faut percer le cylindre et remplacer votre serrure. Mais qu’en est-il lorsque votre porte est réellement fermée à clés, et que vous avez égaré ces dernières ?

Le perçage de votre serrure est-elle obligatoire dans le cas d’une porte verrouillée ?

Lorsque votre porte est verrouillée, les différents points de fermetures sont alors engagés et solidarisent la porte à ses montants. Bonne nouvelle : des alternatives sans dommages pour votre serrure et donc beaucoup moins onéreuses existent, et un serrurier de confiance  saura vous les proposer ! L’ouverture destructive, comme le perçage du cylindre, ne doit donc être envisagée qu’en dernier recours. Ces techniques sont regroupées sous le terme « ouverture fine », et varient selon le type de serrure rencontrée. Cet article présente les techniques et outils utilisés par un serrurier pour ouvrir finement les serrures équipées de cylindres « à goupilles », qui sont les plus répandus.

serrurier paris crochetage

Exemple de cylindre à goupilles standard

Plusieurs techniques d’ouverture fines existent. Toutefois, dans la pratique, les serruriers ouvreurs peuvent avoir recours au crochetage et à l’utilisation de clés « à percussion » ou « bumpkeys ». Pour en comprendre le fonctionnement, il faut d’abord comprendre le fonctionnement du mécanisme de fermeture.

Comment fonctionnent les cylindres à goupilles ?

Les cylindres à goupilles sont composés de 2 éléments principaux : une partie fixe appelée « stator », solidarisée à la porte par une vis et une partie mobile, appelée « rotor » dans laquelle s’insère la clé. En effectuant un tour complet, le rotor entraîne le « panneton » (en noir sur la photo) lequel permet de rétracter le(s) penne(s) de la serrure, et donc de désolidariser la porte de ses montants.

serruriers de france serrurier paris crochetage cyilndre

Le rotor est entravé par un minimum de 5 goupilles « passives », montées sur ressort, qui lui interdisent de tourner librement à l’intérieur du stator. Sur ces goupilles passives sont disposées des goupilles « actives », de tailles différentes, créant une combinaison.

serrurier paris crochetage cylindre

Goupilles actives, goupilles passives et leurs ressorts

Lorsqu’une clé présentant la bonne combinaison est insérée, chacune des goupilles « passives » se trouve repoussée à la bonne profondeur à l’intérieur du stator, retirant ainsi l’entrave du rotor. Le rotor tourne alors tourner librement et le panneton peut actionner le retrait du penne.

serrurier crochetage

Mais alors, comment un serrurier procède t-il pour crocheter une serrure ?

Deux types d’outils outils sont nécessaires. L' »entraîneur » permet d’appliquer une légère rotation au rotor que les goupilles passives viennent alors entraver. Le crochet palpeur permet quant à lui d’appliquer une pression sur chacune des goupilles actives une à une. Certains crochets ont une forme particulière destinée à compresser plusieurs goupilles actives simultanément par un mouvement de « raclage ».

Exemple d’outils de crochetage

Il s’agit ainsi pour le serrurier de faire descendre les goupilles passives une à une dans le stator à l’aide du crochet, libérant peu à peu l’entrave du rotor. Une fois le rotor libre de tourner, reste enfin à lui faire effectuer une ou deux rotations complètes, pour permettre au panneton de rétracter le(s) pêne(s). Votre porte est ainsi déverrouillée !

serrurier crochetage

Tous les cylindres à goupilles sont en théorie vulnérables à cette méthode. Mais le temps nécessaire peut être important dans le cas de cylindres de haute sûreté, et l’ouverture plus aléatoire. La réelle maîtrise de cette technique requiert donc de très nombreuses heures de pratique, et n’est à la portée que d’un vrai artisan serrurier. Dans tout les cas, elle constitue une alternative non négligeable au perçage de votre serrure, et devrait être envisagée systématiquement avant l’utilisation d’une méthode destructive.