De l’arnaque à l’ubérisation : les différentes formes de mise en relation sur Internet

Plus que tout autre profession liée au dépannage d’urgence, la Serrurerie souffre d’une mauvaise réputation à cause des arnaques au dépannage. Peu nombreux, mais très visibles notamment sur Internet, un certain nombre d’escrocs profitent d’une serrure bloquée à 23h pour vous soutirer plusieurs milliers d’euros. Si le phénomène n’est pas nouveau, celui-ci s’est amplifié ces dernières années, justement depuis que les consommateurs utilisent massivement Internet pour faire intervenir un serrurier. La plus grande prudence est donc de mise, particulièrement lors que vous chercher un serrurier.

Les consommateurs demandent donc à se prémunir de ces arnaques. Certains acteurs l’ont bien compris et exploitent désormais le filon de la « mise en relation » entre le demandeur et l’intervenant. Grille tarifaire à l’appui, cette mise en relation veut garantir aux consommateurs l’absence d’arnaque. Mais ceci est sans compter sur le fait que les arnaqueurs disposent eux mêmes de leurs propres outils de mise en relation !

Pour vous aider à y voir plus clair, cet article propose un panorama des différents types de mise relation entre l’internaute que vous êtes, et la personne qui interviendra sur votre porte.

les réseaux d’arnaqueurs :

Des sociétés, basées à l’étranger, enregistrent des milliers de noms de domaines en lien avec le dépannage d’urgence en serrurerie (mais aussi plomberie, électricité, etc.), du type « depannage-serrurerie-votreville.fr ». Chaque domaine héberge un site type, qui est proposé à la location moyennant quelques dizaines d’euros par mois. En France, certaines entreprises se sont littéralement spécialisées dans l’assistance logistique aux arnaqueurs !  Elles louent ces sites en masse, s’occupent du référencement Internet, fournissent des numéros de téléphone, et parfois même un service de standard téléphonique 24/7 !

mise en relation

En tant qu’internaute, vous tomberez aisément sur l’un de ces sites en pensant avoir trouvé un serrurier de votre ville. Pas de chance ! Au bout du fil, c’est une plateforme téléphonique qui vous répondra. Vos coordonnées et la nature de votre besoin seront alors revendues à une société de dépannage véreuse, dont les employés tenteront de vous soutirer plusieurs milliers d’euros, quitte à vous accompagner manu-militari au distributeur !

l’arnaque « par procuration » :

Une autre forme d’escroquerie, plus discrète, a vu le jour. Il s’agit d’une sorte d’arnaque par serrurier interposé ! Une plateforme téléphonique capte les demandes des internautes par l’intermédiaire d’annonces Google AdWords diffusées massivement. Une fois le client identifié, la plateforme par téléphone un artisan ou un auto-entrepreneur, et lui propose l’intervention en sous-traitance. Mais elle fixe un prix minium plusieurs fois supérieur à la normale (400€ pour une simple porte claquée) ! Elle incite donc le « serrurier » à gonfler largement ses tarifs. S’il accepte, le chiffre d’affaire de l’intervention sera réparti entre la plateforme et lui-même. Une sous-traitance régulière s’installe alors avec les professionnels peu scrupuleux qui acceptent les règles du jeu.

La mise en relation type « start-up » :

Voici quelques années, plusieurs petites sociétés « start-up » se sont lancées sur le marché de la mise en relation. De gros investisseurs ayant flairé le bon filon s’y sont rapidement intéressés. Disposant alors d’énormes budgets publicitaires, ces start-ups se sont offert des annonces AdWords en masse, et même des spot TV. Elles captent donc une partie importante de la demande, qu’elles redirigent vers des prestataires sélectionnés. Elles gèrent la prise de rendez-vous, et la facturation, le tout moyennant 15% à 20% du chiffre d’affaire. Avec un tel budget pub, l’objectif de ces start-ups à court terme n’est pas d’être rentable, mais d’être rachetées ! Et c’est chose faite pour la plus importante d’entre elles qui vient d’être cédée au groupe ENGIE. C’est donc là tout une partie du marché qui échappe désormais à la serrurerie artisanale, car la majorité des artisans préfère encore sa liberté. En conséquence, si les tarifs appliqués par ces plateformes restent honnêtes, ce ne sera souvent pas un artisan serrurier qui interviendra chez vous, mais un ouvrier « multi-services », et cela qu’il s’agisse d’ouvrir une simple porte claquée, comme de vous installer une serrure de sécurité …

Les plateformes « collaboratives » :

Avec l’arrivée d’une économie dite « collaborative », sont nées certaines plateformes internet proposant, une mise en relation avec ses voisins ou autres « jobbers » du secteur. Ces plateformes proposent de leur adresser notamment vos demandes de « bricolage ». Il est donc désormais possible de faire remplacer votre serrure défectueuse par un sympathique bricoleur, un serrurier en retraite ou un salarié voulant arrondir ses fins de mois ! Les demandeurs fixent les montants qu’ils sont prêts à payer pour l’intervention souhaitée, en passant une annonce du type « recherche bricoleur pour réparer ma porte blindée, 20€ de l’heure ». Reste que la sécurité de votre domicile n’est pas anodine, et nous ne saurions que trop vous conseiller de faire appel à un vrai artisan pour ce type de prestations !

En conclusion :

Nous avons vu qu’en matière de serrurerie, l’immense majorité des arnaques n’est pas le fait de « petits » serruriers de quartier, loin s’en faut. Au contraire, il existe d’importants réseaux d’arnaqueurs, parfaitement organisés pour capter la demande sur Internet. Et cela à l’échelle internationale, rien de moins ! En face d’eux, de grands groupes proposent des services de mise en relation via le rachat de start-ups. Ces services sont transparents, mais ne font souvent pas appel à des artisans serruriers. Les artisans serruriers indépendants se retrouvent donc pris entre le marteau des arnaques et l’enclume de l’Ubérisation. Heureusement, aujourd’hui, un serrurier peut se démarquer des escrocs en intégrant Label de serrurier, pour rassurer les consommateurs, et gagner en visibilité sur Internet.